Des formations non-mixtes pour plus de mixité

Depuis 1984, l'un des points forts d’Interface3 est sa capacité à attirer des femmes vers les formations à l'informatique.

En Belgique, la proportion de femmes dans les métiers informatiques plafonne sous la barre des 20% et la situation des autres pays européens est plus ou moins similaire, quant à la proportion de jeunes femmes inscrites dans les formations supérieures en informatique elle est actuellement inférieure à 10%, toutes régions et tous niveaux confondus.

A Interface3, nous pensons que les femmes peuvent et doivent saisir ces opportunités d’emploi et ainsi participer au développement du monde IT plutôt que d’en être les simples témoins sans en tirer les bénéfices.

En effet les emplois NTIC sont souvent des jobs stimulants, bien payés et offrant des carrières. En s’excluant elles-mêmes de ce champ, les femmes se mettent en marge de ce développement.

Malheureusement de nombreux freins (lire plus sur le site ada-online.org) les brident dans leur participation. Nous pensons donc qu’actuellement des actions spécifiques doivent être menées pour les attirer vers ces formations.

C’est pourquoi Interface3 a fait le choix et le pari, d’organiser des formations non-mixtes et de travailler sur les freins à l’entrée des femmes dans cette filière de formation en proposant :

  • une communication ciblée qui utilise des modèles féminins,
  • un seuil d’entrée en formation différent incluant du temps pour rattraper le retard technologique (aucun pré requis technique n’est exigé),
  • des femmes formatrices IT ou du moins une parité,
  • des modules d’orientation permettant d’expérimenter les différentes composantes de l’informatique,
  • une préparation aux certifications privées,...

C’est une approche différente de la formation professionnelle des femmes qui associe, dans un parcours intégré, l’orientation professionnelle, la préformation, la formation qualifiante centrée sur la personne et l’aide à la mise à l’emploi.

Et le pari est gagné ! En formant chaque année entre 75 et 100 femmes à des métiers de l’informatique, nous contribuons à plus de mixité dans un secteur professionnel qui pâtit d’une ségrégation totalement injustifiée...