Concilia, Web Developer à Seneffe, continue à apprendre...

Avoir un profil d'informaticienne et travailler dans une administration ? On n'y pense pas souvent, et pourtant le secteur administratif a un besoin important d'informatisation. Concilia Bagaragaza, analyste-développeuse et enseignante à Seneffe, commune pilote dans l' « e-gouvernement », nous explique....

Que penses-tu de ta carrière d'informaticienne dans le service informatique d'une administration ?

ConciliaIl faut penser globalement à la qualité de vie que ton emploi peut t'offrir : il y a le salaire, le temps de travail et d'autres choses très peu « quantifiables » comme par exemple savoir que tu travailles pour faciliter la vie de te concitoyens...

Par ailleurs, quand on pense aux métiers de l'informatique on ne pense pas souvent aux professions de l'informatique dans le secteur administratif où les femmes sont très nombreuses. En ce qui concerne les horaires, par exemple, je travaille 38 heures et je ne travaille pas le mercredi après-midi. Avec 4 enfants, ceci facilite bien des choses !

Peux-tu nous donner un exemple d'une application que tu as développée ?

Le service jeunesse organise des camps de vacances pour les enfants avec plusieurs activités. Cela signifie que les employés du service doivent veiller à ce que les inscriptions soient faites correctement, tenir compte du nombre d'enfants qui participent à chaque activité, parce qu'il y aura un ou plusieurs bus qui doivent passer les chercher, en optimisant leur parcours selon les adresses... En phase d'analyse, j'ai discuté longtemps avec les employés du service pour mieux comprendre comment ils étaient habitués à accomplir toutes ces taches. Ensuite, j'ai réfléchi à comment les automatiser. Maintenant, les employés doivent écrire, via un formulaire, les noms des enfants qui participent à une activité ; tout le reste se fait automatiquement : liste des enfants par activité, nombre d'activités auxquelles un enfant participe...

Comment ta fonction a-t-elle évolué ?

Je suis devenue également « Net Stewart » et animatrice d’ateliers informatiques dans les écoles primaires de l’Administration Communale de Seneffe !
Je dois avouer que je me suis découverte une vrai passion en tant qu'enseignante et que ces projets me tiennent à cœur...
En tant que « Net steward » j'aide les citoyens à se débrouiller avec l'informatique, notamment avec l'Internet. Notre rôle, dans ce cadre, est d'accueillir le public dans les « Espaces Citoyens » et d'intervenir en cas de nécessité. Pendant les grandes vacances, par contre, nous organisons aussi des ateliers adressés aux enfants et aux adultes, notamment en logiciels libres, que l'on peut télécharger gratuitement et légalement.

En ce qui concerne les petits, nous sommes une équipe de 6 et nous organisons des cours pour les 6 à 12 ans. On leur apprend l'utilisation du système d'exploitation et on leur donne des bonnes bases en bureautique : ceci les prépare mieux à l'entrée en secondaire, où l'utilisation de l'informatique est devenue indispensable. Le fait de commencer à apprendre le traitement de texte en même temps que d'écrire semble être bénéfique pour eux, notamment au niveau de la reconnaissance des lettres et de la maîtrise de l'alphabet. C'est passionnant !

Raconte-nous tes débuts dans l'informatique, entre Belgique et Rwanda.

C'est mon père qui m'a convaincue que je devais faire des études d'informatique : il disait que j'avais un esprit logique. J'ai fait mes études ici en Belgique, à la fin des années '80. J'ai d'abord tenté l'unif et ensuite je me suis inscrite en graduat, où je pouvais enfin me consacrer entièrement à ce que j'aimais le plus : logique, programmation et maths.

Quels ont été tes premières applications informatiques concrètes ?

Je rentrais en Rwanda pour les grandes vacances, et j'écrivais des programmes en Pascal pour automatiser une série d'opérations comptables pour l'atelier de couture de famille. Quand la guerre a éclaté, je suis restée deux années au Kenya, et finalement en juin '99 je suis revenue en Belgique. Je suis allée à l'Orbem, et j'ai demandé tous les cours d'informatique qui s'organisaient à Bruxelles.

Pourquoi une formation informatique de plus, chez Interface3 ?

Ma sœur cadette venait de terminer son ingéniorat en électricité... Elle ne trouvait pas de travail et avait décidé de se réorienter vers l'informatique ; après avoir suivi un cours de gestionnaire de bases de données, elle a trouvé tout de suite du boulot. Je me suis dit que c'était le bon choix : suivre une formation d'un an de Web Application Developer chez Interface3 pour se remettre en route...

Et ça a marché !

Et maintenant, as-tu encore envie d'apprendre ?

Je pense que je ne m'arrêterai plus ! Suite à ma formation chez Interface3, je me suis inscrite à l' iece-Ecaussinnes (L'École industrielle et commerciale d'Écaussinnes -ndrl) en cours du soir et j'ai obtenu mon bachelier, maintenant je continue avec un master en informatique de gestion à Charleroi... Ma passion, c'est toujours l'analyse :  j’aime bien le contact humain et créativité de la phase d’analyse, alors que la programmation me fatigue et me lasse très vite ! 

On verra bien si avec ce master je pourrai enfin étancher ma soif de savoir !